Luxembourg, coeur technologique d’un réseau de supercalculateurs

Pour l’établissement du nouveau programme de l’Union Européenne EuroHPC, la Commission européenne a décidé de choisir le Luxembourg pour l’abriter. Ladite structure aura pour mission de s’assurer le déploiement d’une infrastructure européenne de super-calculateurs. Elle fera ainsi du Luxembourg, le coeur technologique d’un réseau de super-calculateurs.

Le Luxembourg, centre de la manoeuvre pour un réseau de super-calculateurs

Le 18 janvier dernier, on parlait du nouveau projet Européen portant sur l’établissement d’un réseau de supercalculateurs. Initiative lancée par le Luxembourg a d’abord été soutenue par l’Italie, la France, l’Espagne, le Portugal, l’Allemagne et les Pays-Bas. En mars 2017, l’Union Européenne donne le coup d’envoi officiel de la tactique de déploiement du réseau HPC.

Viennent plus tard s’ajouter les autres pays comme la Belgique, la Slovénie, la Bulgarie, la Suisse, la Grèce, etc. En tout, l’Union Européenne y investit près d’un milliard d’euros.et désigne le Luxembourg comme siège de la structure chargée de la gestion du projet. Autre que la gestion du projet HPC, la structure EuroHPC aura pour mission l’acquisition, la mise en place et de déploiement en Europe, des infrastructures pan-européennes de supercalculateurs.

Une grande mission dont le Luxembourg a désormais la charge

Prévue s’installer après juin 2018, la structure EuroHPC devra être fonctionnelle avant la fin d’année. De plus, elle se chargera également de superviser le développement du matériel informatique ainsi que des logiciels prévus pour ces superordinateurs. Et naturellement, tout cela est sous la responsabilité du Luxembourg qui est le pays sélectionné pour être le siège de la structure.

Ce qui est rappelons-le, la preuve de l’innovation grandissante du pays. À cet effet, le pays accueillera même un supercalculateur qui sera mis en service vers la fin de l’année ou le début de l’année prochaine. Il ne servira pas qu’aux recherches mais devrait également pouvoir permettre l’innovation du secteur économique.